Éducation financière

The Millionaire Next Door de Thomas J. Stanley et William D.Danko

Imaginez vous que votre voisin ait un patrimoine de plus d’un million d’euros. Pourtant ce même voisin vit dans une maison normale, il conduit une voiture standard, il porte des vêtements bons marchés, mange des plats simples et ses enfants vont à l’école publique. Oui! il a le même train de vie que ses voisins, mais son patrimoine est six fois plus important que le leur!

Ça vous parait peu crédible n’est-ce pas? Et pourtant c’est bien possible, en effet une grande partie des gens qui sont arrivés à accumuler un patrimoine d’un million ou plus, ont un train de vie tout à fait normal.

Présentation:

The Millionaire Next Door est un livre plutôt complet qui traite de mon sujet préféré du développement personnel:

L’Éducation Financière.

Mais ce qui le distingue des autres livres sur ce même sujet c’est l’abondance de chiffres et d’informations sur les revenus et habitudes financières des personnes riches. Ce livre parle des millionnaires américains, cependant les leçons à en tirer sont applicables au reste du monde.

Ce livre n’a malheureusement pas encore été traduit en français. On pourrait traduire son titre par “Le Millionnaire de la porte d’à côté” ou « mon voisin millionnaire ».

Si vous avez déjà lu un livre sur l’éducation financière vous connaîtrez la recette classique pour avancer financièrement:

Gagner de l’argent → Économiser une partie de cette argent → Investir l’argent dont on a pas besoin

La recette qui a créée un grand nombre de millionnaires selon ce livre est assez similaire. La recette pour devenir le millionnaire de la porte d’à côté est la suivante:

Être entrepreneur → être (très) frugal → savoir (bien) investir

Et voila! Rien de très sexy dans tout ça… je vous l’accorde…

Ça me rappelle la fameuse citation de Warren Buffet: “ investir est la chose la plus ennuyeuse qui existe, si vous voulez des sensations fortes, allez faire un tour dans les montagnes russes!”

C’est bien pour cela que vous ne verrez jamais de « millionnaire de la porte d’à côté » dans les médias. Les médias essayent d’attirer votre attention avec des sensations comme la peur ou le rêve. Les médias essayent aussi de vous faire consommer un maximum, de vous faire dépenser votre argent dans des choses inutiles.

Imaginez-vous un peu un reportage sur un « millionnaire de la porte d’à côté ». Il vous dira que, comme tous les entrepreneurs à succès:

  • il a pris des risques
  • il a montré du courage et de la discipline
  • il a travaillé dur
  • il a du faire beaucoup d’effort pour avoir de bonnes relations avec ses partenaires, ses clients et ses employés

Et surtout :

  • il a vécu (bien) en dessous de ses moyens
  • il a passé beaucoup de temps à étudier comment investir son argent.

Pas très rigolo comme reportage n’est-ce pas ?

Les gens changeront de chaîne et regarderont un bon programme de télé-réalité ! Comme d’habitude ! Où des gens gagnent des milliers d’euros sans rien faire…

Contrairement aux idées reçues, dans ce livre on apprend que les millionnaires ont une vie plutôt tranquille:

  • la moitié d’entre eux ne vivent pas dans des quartiers chics
  • la plupart d’entre eux sont mariés et ont des enfants
  • ils ont un taux de divorce inférieur à la moyenne
  • ils passent du temps à planifier leur dépenses et à négocier leurs achats
  • ils passent du temps à apprendre comment bien investir leur argent
  • ils ont une personnalité plutôt indépendante
  • leur revenu annuel ne représente qu’une petite partie de leur patrimoine

Par la suite, dans ce livre, on apprend que 80 % des millionnaires américains ont accumulé leur richesse en une seul génération. Selon le magazine Inc.500 Greatest Entrepreneurs, 12 % des entrepreneurs à succès sont des américains de première génération (en général leurs parents ont émigrés aux États-Unis pour des raisons économiques). De la même manière, seulement 20 % des millionnaires américains ont hérité 10 % ou plus de leur fortune. Un autre stéréotype répandu aux États Unis affirme que les descendants d’origine anglaise, avantagés par un haut statut social par le passé auraient plus de facilité à avoir du succès économiquement parlant. Ce stéréotype s’avère faux, selon l’étude réalisée par les auteurs, ce sont les personnes dont les ancêtres sont d’origine russe, écossaise et hongroise qui ont le plus tendance à être millionnaires (il faut noter que ces nationalités d’origines ne sont pas les plus répandues aux États Unis, les statistiques ont bien entendu été ajustées).

Pour résumer, la plupart des millionnaires sont devenus millionnaires par eux-mêmes.

Le plus surprenant est qu’ il est plutôt rare que les enfants de millionnaires arrivent à obtenir un patrimoine aussi important ou plus grand que celui de leur parents. L’ironie du sort fait que les millionnaires ont généralement beaucoup de mal à transmettre la recette de leur succès à leur enfants. Vous vous rappelez de la recette n’est-ce pas ?

Entreprendre-→>Vivre bien en dessous de ses moyens-→ Bien investir sa richesse.

Les parents riches ont plutôt tendances à protéger leurs enfants du risque en les orientant vers de longues études.

Ces longues études les amènent à exercer des professions considérés comme « de haut statut social » (docteurs, dentistes, avocats, notaires…). Le problème avec ces professions, c’est que la pression sociale est très forte, et poussent ces professionnels à montrer extérieurement un certain niveau de vie (voitures coûteuses, grandes maisons dans des quartiers chics, vêtements de marques…). Leurs parents qui étaient entrepreneurs ne souffraient pas de cette pression sociale: un entrepreneur n’a en général pas un grand niveau d’étude et on ne se doute pas de combien il peut gagner. Un entrepreneur peut donc parfaitement vivre dans un quartier populaire, ce que lui facilite grandement la pratique de la frugalité. Toutes ces dépenses pour afficher un certain niveau de vie feront que ces personnes n’auront pas le succès économique de leurs parents.

Pire encore, dans ce livre, on apprend qu’en règle générale, plus les parents riches aident financièrement leurs enfants, moins ceux-ci développent leurs capacités à générer de l’argent, le garder et l’investir correctement. En plus certain parents riches ont tendances à aider financièrement leur enfant qui se débrouille le moins bien économiquement, ce qui ne l’incite pas vraiment à s’améliorer de lui-même dans ce domaine. En résumé, aider son enfant le moins « doué » financièrement, en lui donnant de l’argent, revient à « affaiblir le faible » (je sais, ça sonne cru comme ça, mais c’est la métaphore utilisée par les auteurs).

De ce fait à la fin du livre, les auteurs nous donnent des conseils sur comment traiter le sujet de l’argent avec ses enfants. Ils nous conseillent entre autre de:

  • ne pas montrer à vos enfants que vous êtes riches
  • leurs enseigner la discipline et la frugalité
  • ne pas parler de ce qu’il vont recevoir en héritage
  • rester en dehors de leurs affaires de famille
  • ne pas se mettre en compétition (financière) avec eux
  • valoriser leurs réussites (même les plus petites)
  • leurs enseigner qu’ils y a des choses plus importantes que l’argent

Concept principal à retenir du livre:

Il y a une métaphore dans ce livre, qui selon moi est très intelligente et qui résume parfaitement l’idée principale de celui-ci. Cette métaphore est qu’il y existe 2 facteurs pour créer de la richesse:

L’attaque et la défense.

L’attaque représente la génération de revenu. La défense représente l’économie, la frugalité et la capacité à bien investir son argent.

Ça va peut-être vous paraître contre-intuitif mais pour se créer un bon patrimoine, vous devez garder en tête que :

La défense est beaucoup plus importante que l’attaque.

La majorité du contenu de ce livre nous fourni de nombreux arguments, de nombreux chiffres et de nombreuses histoires non fictives qui nous démontrent que les bons “défenseurs” finissent toujours par accumuler de la richesse. Ce qui n’est pas forcement le cas des bons voir même des excellents attaquants. L’idéal est bien sûr d’être à la fois un bon attaquant et un bon défenseur.

Ce que le livre apporte :

  • grande éducation financière
  • savoir l’importance d’économiser et d’investir
  • connaître les habitudes financières des millionnaires
  • des conseils pour éduquer financièrement ses enfants
  • de nombreuses statistiques sur les millionnaires
  • l’importance de rester concentré sur l’agrandissement de son patrimoine et pas uniquement sur la production de revenus

Sensation à la lecture :

  • contrôle émotionnel
  • sensation de responsabilité vis-à-vis de l’argent
  • réflexion sur sa propre situation financière

À qui ce livre s’adresse-t-il?

Ce livre s’adresse aux mordus d’éducation financière. C’est un classique de ce type de lecture. Il s’adresse aussi aux personnes qui se posent des questions sur ce qu’est la vie d’un millionaire, beaucoup d’ídées reçus sont brisées.

Évaluation :

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  

2 Comments

  • Marie

    Oui la frugalité aide définitivement à économiser ! Je m’en rends bien compte en cette période de confinement, où au final je mène une vie plus simple et j’économise plus 🙂
    C’est totalement vrai qu’un parent riche va rarement avoir un enfant qui va lui même créer sa propre richesse… Sûrement parce que c’est une question de “mindset”, de mentalité qui n’est pas donnée à tout le monde, et qu’on a tendance à surprotéger les enfants aujourd’hui… C’est dommage au final, car pleins d’enfants de famille “riche” ne savent pas gérer leur argent et créer leur propre richesse par la suite.
    Très intéressant tout ça 🙂

    • Manu0915

      Je suis ravi que cela t’ai interessé 😉

      Beaucoup d’autres chroniques de livres d’éducationt financière sont à venir. C’est un thème que je raffole!

      Merci Marie, Ciao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libres de recevoir gratuitement mon bonus "Le livre dont vous avez besoin maintenant"