Relation avec les autres

Conversations Cruciales de Kerry Patterson, Joseph Grenny, Ron McMillan et Al Switzler

Un de vos collègues de travail a une habitude qui vous dérange, mais vous ne dites rien de peur de créer une mauvaise ambiance.

Certaines actions de votre conjoint ne vous conviennent pas, mais vous ne voulez pas l’offenser, donc vous évitez le sujet.

Vous voulez demander une augmentation à votre supérieur mais ne savais pas comment faire.

Ces situations nous arrivent à tous. Cependant éviter ces conversations importantes ne fait qu’empirer les choses.

Présentation:

Conversations cruciales est donc un livre sur notre relation aux autres qui va plus ou moins dans le même sens que les célèbres « Comment se faire des amis » de Dale Carnegie et « les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent » de Stephen R. Covey. Mais ce livre va bien évidemment plus en profondeur dans les principes de la communication à enjeux.

Dans cet article je vais beaucoup citer des questions que vous devez vous poser. En effet, comme Tony Robbins et beaucoup d’autres auteurs en développement personnel l’ont déjà énoncé, « la qualité de nos vie dépend de la qualité de nos questions, la clé de la vie n’est donc pas d’avoir les bonnes réponses mais de se poser les bonnes questions ».

Dans un des premiers chapitres qui s’appelle : « Commencez avec le cœur » les auteurs nous indiquent de toujours avoir ces questions en tête lorsque l’on commence une conversation importante :

  • Qu’est-ce que je veux pour moi ?
  • Qu’est-ce que je veux pour l’ autre ?
  • Qu’est-ce que je veux pour ma relation avec l’autre ?

En sachant ce que vous voulez de ces 3 questions, vous partirez déjà d’un meilleur pied.

Il va sans dire que vous ne devez jamais forcer votre opinion sur les autres. Plus vous défendrez votre opinion, plus vous sortirez du dialogue et par conséquent moins d’influence vous aurez.

Faites donc très attention, plus un sujet de discussion vous importe, moins vous avez de chance de bien vous comportez. Cela me rappelle le dicton « quand les émotions augmentent, l’intelligence baisse ». Les auteurs ont pertinemment illustré cela avec l’utilisation de la citation suivante :

« Parlez quand vous êtes fâchés et vous ferais le meilleur discours que vous allez regretter » Ambrose Bierce

Donc pensez à ceci, si l’on vous filmait lors d’une discussion importante, seriez-vous content de voir votre comportement à l’écran ?

De la même manière écoutez-vous vous-même et reprenez-vous avant de vous lancer dans un long monologue n’intéressant que vous et ne défendant que vos propres intérêts.

De toute façon, les disputes consistent simplement à défendre inutilement nos idées sur les 5 à 10 % de faits et opinions sur lesquelles nous ne sommes pas d’accord. Certes nous devons gérer ces différences mais il ne faut pas commencer par là. Il faut commencer par les points où nous sommes d’accord. Le cerveau humain a toujours cette mauvaise tendance à détecter les différences plutôt que les points communs. Et dès très jeune, à l’école on nous enseigne à être en compétition et qu’il y a des bonnes réponses et des mauvaises réponses. Vous devez désapprendre cela et vous rappeler que votre interlocuteur a toujours raison dans sa propre vision du monde.

Vous devez donc vous trouvez un objectif commun avec votre interlocuteur.

Cependant vous devez rester honnêtes. Les lecteurs réguliers de développement personnel savent en générale qu’une manière de ne pas se cacher de la vie et des autres est de TOUJOURS dire la vérité. C’est ce que vous devez faire, mais avec respect.

La question à se poser est donc:

  • Comment puis-je être 100 % honnête avec cette personne tout en étant 100 % respectueux ?

Pour être 100 % respectueux, vous devez créer une ambiance de sécurité. Donc montrez de la curiosité envers l’opinion des autres. Paraphrasez leurs phrases, utilisez des débuts de phrases comme : « si je vous ai bien compris, vous pensez que… ».

Soyez réellement intéressés par les idées de votre interlocuteur. Écoutez-le, dites-lui, « Je voudrais vraiment savoir si vous pensez différemment, n’ayez pas peur de vous exprimer ».

Encore une fois, posez-vous les questions:

  • Est-ce que mon ou mes interlocuteurs pensent que je les respecte ?
  • Est-ce qu’ils pensent que je prends en compte leur opinion ?
  • Est-ce qu’ils ont confiance dans mes motivations ?

Utilisez l’humilité, les gens doués avec les autres ont le courage de parler de leurs problèmes et invitent les autres à en faire autant. Même si leurs interlocuteurs prononcent des idées controversées, ils les respectent car ils ont eu le courage de leur dire ce qu’ils pensaient.

Et si malheureusement vous avez brisé l’ambiance de respect et de sécurité, vous perdrez énormément de temps à la recréer.

Bien-sûr vous devrez vous excuser lorsque cela est nécessaire.

Faites aussi très attention à votre interprétation des faits, si vous avez fait une erreur, ne « créez » pas une histoire où vous êtes la victime. Si quelqu’un vous a blessé, ne créez pas une histoire où cette personne est le grand méchant loup.

En effet les faits en soi sont toujours neutres. Parlez donc des faits avant de parler de votre interprétation de ceux-ci. Les faits sont toujours neutres, mais votre interprétation de ceux-ci ne l’est pas (en général).

De la même façon, si votre interlocuteur vous semble odieux, posez-vous la question « et si cette personne était vraiment réfléchie et raisonnable ? Est-il un peu tôt pour la juger ?

Au final, pour ne pas vous frustrer dans votre capacité à mener des conversations cruciales, ne visez pas la perfection, mais visez le progrès. Apprenez à stopper votre adrénaline quand elle arrive et observez votre progression peu-à-peu.

Concept principal à retenir de ce livre:

Vous devez trouver le courage de parler de sujets difficiles au lieu de rester dans le silence, le sarcasme ou la violence verbale. Rappelez-vous toujours de ce que vous voulez pour vous, votre interlocuteur et votre relation avec lui. Vous aurez toujours plus d’influence si vous créer un environnement de respect et de sécurité.

Ce que le livre apporte:

  • savoir se focaliser sur les points où nous sommes d’accords
  • de la compassion pour les autres
  • du courage pour parler de sujets difficiles
  • surveiller votre interprétation des faits

Sensation après la lecture:

  • contrôle émotionnel
  • prise de conscience sur l’importance d’avoir et de bien mener nos conversations cruciales
  • réflexion sur vos relations avec les autres

À qui ce livre s’adresse-t-il?:

Ce livre s’adresse aux personnes qui ont le défaut de « toujours vouloir avoir raison ». Nous avons tous plus ou moins un côté « monsieur je sais tout » et nous ne nous rendons jamais assez compte à quel point ce défaut nous nuit. Ce livre est aussi utile aux personnes timides et introverties qui ne trouvent pas le courage d’exprimer leurs désaccords ou désagréments avec les autres

Évalutation:

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  

2 Comments

  • Marie

    Tiens je ne connaissais pas ce livre, je vais me renseigner 🙂
    Merci pour la liste des questions à se poser face à un interlocuteur, effectivement c’est important.
    Et oui l’humilité, et accepter que l’autre a une vision du monde unique, c’est difficile à garder en tête, mais en avoir conscience aide à moins s’énerver lors des débats et conflits ahah
    Merci pour cet article

    • Manu0915

      Merci pour ton commentaire Marie.

      En effet ce livre a des idées intéressantes… si le sujet t’interesse, je te conseille plutôt de commencer
      par “Comment se faire des amis” de Dale Carnegie, ce livre est incroyable. J’en ferai sa chronique plus tard sur le blog.

      Ciao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libres de recevoir gratuitement mon bonus "Le livre dont vous avez besoin maintenant"